Présentation, la suite.

Bonjour à toutes et tous.

Me voici de retour avec ce nouvel article pour continuer ma présentation. Dans l’article précédent, je vous ai raconté ma première expérience professionnelle et surtout les mésaventures rencontrées durant celle-ci. Passons à la suite.

Après 7 ans dans la boucherie, il était donc logique de rechercher un emploi dans cette branche. Je me suis donc inscrit dans une agence intérim spécialisée dans ce domaine, selon les conseils d’une connaissance travaillant dans la même branche.

Ce ne fût pas très concluant, voire même désastreux! Après une année d’inactivité, l’organisme d’état chargé de (ne pas) nous aider à trouver du travail décida de me diriger vers une formation dont le but était de m’aider à trouver quel métiers me correspondaient. Cela a été une très bonne expérience où j’ai appris a mieux m’exprimer en public, le langage corporel, les méthodes de recherches d’emploi et surtout j’ai pu y faire de belles rencontres. Mais ne changeons pas de sujet, sinon je vais finir par écrire un livre! Durant cette formation j’ai passé toute une série de tests, basés sur mes goûts, mes loisirs et intérêts, et il en résultat que le métier qui me convenais le plus était celui de mécanicien. J’ai donc chercher des stages dans cette branche, et après de longues négociations j’ai obtenu deux semaines de stage dans un petit garage de mon village. Le patron était sympa,  c’était à côté de chez moi et en plus les horaires me changeaient beaucoup de celles de la boucherie! Je m’y plaisait beaucoup et ça se ressentait tellement dans mon travail que mon rapport de stage fût rempli d’éloges. J’ai même pu obtenir deux semaines de stage supplémentaires, au bout desquelles le patron si content de moi m’ offrit une mallette d’outils professionnels. J’ai continué chez lui en passant une formation de 8 mois aboutissant sur un Certificat de Qualification Professionnel. Les enseignants de l’école était si content de mes résultats qu’ils me convièrent à revenir à la rentrée suivante pour m’inscrire au bac pro. Pour cela ils ont même été jusqu’à me placer chez un patron, l’entretien n’était qu’une formalité histoire de faire les choses dans les règles de l’art!

Je pris mes repères assez rapidement et j’apprenais vite, à mes dépends… « Plus tu donnes, plus on te prend » me disait-on, et ça se confirme encore plus avec un patron! Plus on en faisait et plus ils nous en demandait, il ne savait pas faire de compliments mais par contre les remarques désagréables et ce devant le client, il savait très bien les faire! Jusqu’au jour où ce fût trop, et une explication entre nous s’imposa. Ce fût agité car le patron était un jeune frimeur qui n’avait aucune jugeote, c’était lui le patron donc il avait raison point! Et là j’ai fait quelque chose que j’ai amèrement regretté, je lui ai écrit une lettre de démission et je suis parti. Deux heures plus tard, preuve que je devait pas être si mauvais que ça, mon téléphone sonna. Vous allez penser « son patron la rappelé pour qu’il revienne ». Et bien non, il a demandé à l’ouvrier de m’appeler pour que je reviennes, auquel j’ai répondu que c’était au patron de m’appeler (je sais je suis un peu vieux jeu) de lui-même s’il voulait que je reviennes. Ce qu’il n’a pas fait. C’est l’ouvrier qui m’a rappelé deux fois de suite, auquel j’ai dit que ce n’était plus la peine d’insister et que travailler pour un gars qui n’était pas capable de téléphoner à ses employés ne m’intéressait pas!

Et ce fût le début d’une grosse période de galères, système D pour nourrir la famille, regarder les enfants manger pour leur laisser la nourriture, avoir tellement faim qu’on a même penser a manger le chat, qui lui avait a manger.

Alors si je peux vous donner un conseil: si vous vous sentez mal dans votre travail, ne démissionez surtout pas! Du moins pas avant d’avoir trouvé un autre moyen de subvenir à vos besoins, car une lettre de démission vous fait perdre vos droits à toutes sorte de prestations, même si cela fait 10 ans que vous travaillez! La seule prestation à laquelle vous pourriez prétendre est l’ASS, c’est à dire ce que l’on donne aux sans domicile fixe et toutes ces personnes en situation précaire.

Actuellement, je travaille dans une boucherie artisanale qui éssaie de survivre dans une ville abandonnée par ses administrés. La ville se perd, les commerces ferment les uns après les autres et la délinquance prend le pouvoir sur la ville, mon patron va bientôt me licencier faute de pouvoir me rémunerer. Pourtant j’ai un C.D.I, en référence à l’article précedent! Comme quoi vous voyez ce que je vous disait, ce n’est pas parce que vous avez un C.D.I que vous ne risquez pas de perdre votre emploi un jour oùu l’autre!

Ce sera tout pour aujourd’hui, dans le prochain article je vous parlerais de quelques livres que je lis en ce moment. En attendant j’espère que vous avez apprécié cette lecture, et je vous invite à laisser un commentaire si vous le désirez, je me ferais un plaisir de vous répondre.

A bientôt.

Anthony.

Vous aussi changez votre vie et découvrez comment gagner de l’argent grâce à votre blog!  Téléchargez vite cet E-book dans lequel vous apprendrez les techniques des plus grands entrepreneurs du web pour rentabiliser leur site ou blog. N’attendez plus, changez de vie dès maintenant en cliquant sur le lien ci-dessous:

Cliquez ici pour télécharger le livre qui va changer votre vie!

Présentation

Bonjour à toutes et à tous!

Comme promis dans l’article précédent, je vous écris ce petit billet pour me présenter. Je me prénomme Anthony, j’ai 29 ans et je suis actuellement ouvrier chez un artisan boucher.

Mon parcours professionnel a débuté par un apprentissage à l’âge de 14 ans. Au début c’était pas gagné, mon gabarit n’étant pas des plus adaptés au poste de boucher. Mais le patron fût surpris de voir que malgré tout j’étais tout à fait capable de soulever des carcasses. C’est ça quand on à la volonté, je voulais vraiment apprendre ce métier et je lui ai prouvé!

Après 5 années et l’obtention du CAP et du BEP, je fus embauché dans l’entreprise qui m’avait formée. L’ambiance familiale était géniale, je m’entendais tellement bien avec eux que j’étais invité à chaque événement que ce soit amical ou familial, jusqu’aux noëls! Je ne posait donc pas de question sur mon avenir, pour moi il était évident que je travaillerais avec eux pour longtemps, et bien non!

Un jour un malheur m’arriva, c’était une journée normale qui arrivait bientôt a son terme. Je désossais des pieds de veau jusqu’au moment ou le couteau dérapa, et vint se ficher dans ma cuisse jusqu’a atteindre l’artère fémorale, la veine fémorale et le nerf crural. Il est inutile de vous dire que j’ai cotoyé la mort de près! Le temps de mon hospitalisation, le patronat m’appelais cahque jourpour prendre des nouvelles, quoi de plus normal. Le jour de ma sortie, les patrons m’ont rendu visite chez moi me montrer un peu d’empathie, je le vois comme ça aujourd’hui!

Dès que j’ai pu me déplacer malgré 64 agrafes dans les jambes, je passait au magasin l’après-midi pour prendre des nouvelles. Au bout de trois mois je commencait un peu a m’ennuyer en arrêt de travail, je demandais au medecin pour reprendre le travail mais il ne voulait pas. A force d’insister je finis par l’avoir à l’usure, il était d’accord pour la reprise à condition d’y aller doucement pour commencer. Je repris le travail un premier mai, et seulement au bout d’une heure le couteau du patron me passe pas loin du bide. Ca commence bien! Arrive le samedi midi, j’étais sur les rotules, le patron m’annonce qu’il fallait que je rattrape tout les samedis après-midi que l’apprenti avait fait à ma place. Trop c’est trop, direction le medecin a qui je n’ai rien eu à dire, en me voyant il m’a simplement dit: « J’étais d’accord pour la reprise, à condition de ne pas trop forcer ». L’arrêt fut prolongé un an jusqu’à ce qu’il me propose une reconversion de poste en tant qu’homme de ménage! J’ai préferé le licenciement!

Si je suis rentré en détails sur cette partie de mon parcours, c’est pour en venir à ces deux leçons que l’on peut en retenir:

Faites attention aux personnes qui vous en mettent plein la vue, vous offre trop de chose car trop souvent vous ne représentez qu’un simple « investissement » pour ce genre de personne.

Ne vos reposez jamais sur vos acquis(job,famille, amis), du jour au lendemain ils peuvent vous echapper ou bien disparaître. On oublie trop souvent que dans C.D.I, la dernière lettre signifie indéterminée, et cela veut bien dire ce que cela veut dire. Même en ayant un C.D.I on peut se retrouver au chômage du jour au lendemain!

Voilà ce sera tout pour ce soir, je vous raconterais la suite dans mon prochain billet.

A bientôt!

 

Bienvenue

Bonjour à tous et bienvenue!

J’ai créé ce blog pour partager mon aventure avec vous. Quelle aventure me direz-vous?

Et bien il y a quelques années de cela, je pouvais lire des trucs du genre « Je gagne 5000€ par mois sans rien faire » ou « Ma méthode pour s’enrichir grâce à internet ». Comme la plupart des gens j’ai pensé que c’était du pipeau, de la poudre aux yeux, qu’il était totalement impossible de gagner sa vie sur internet.

Et je me suis bien planté! Quand je vois aujourd’hui des bloggeurs professionnels et des chaines youtube qui génère des profits considérables, je me demande encore pourquoi je n’ai pas pris le train à l’heure! Comme on dit, il n’est jamais trop tard!

Après des expériences professionnelles dont je vous parlerait dans une future publication, j’ai décidé de tenter l’expérience du blogging et de la partager avec vous. Au fil du temps je vous ferait part de mes expériences, mes résultats, et de mon aventure en général car nous sommes des êtres humains avant tout!

Voilà pour ce premier billet, dans le prochain je me présenterais moi et mon parcours professionnel.

En vous souhaitant une agréable lecture, à bientôt.

P.S: N’hésitez pas à laisser un commentaire où me faire part de vos suggestions.