Présentation

Bonjour à toutes et à tous!

Comme promis dans l’article précédent, je vous écris ce petit billet pour me présenter. Je me prénomme Anthony, j’ai 29 ans et je suis actuellement ouvrier chez un artisan boucher.

Mon parcours professionnel a débuté par un apprentissage à l’âge de 14 ans. Au début c’était pas gagné, mon gabarit n’étant pas des plus adaptés au poste de boucher. Mais le patron fût surpris de voir que malgré tout j’étais tout à fait capable de soulever des carcasses. C’est ça quand on à la volonté, je voulais vraiment apprendre ce métier et je lui ai prouvé!

Après 5 années et l’obtention du CAP et du BEP, je fus embauché dans l’entreprise qui m’avait formée. L’ambiance familiale était géniale, je m’entendais tellement bien avec eux que j’étais invité à chaque événement que ce soit amical ou familial, jusqu’aux noëls! Je ne posait donc pas de question sur mon avenir, pour moi il était évident que je travaillerais avec eux pour longtemps, et bien non!

Un jour un malheur m’arriva, c’était une journée normale qui arrivait bientôt a son terme. Je désossais des pieds de veau jusqu’au moment ou le couteau dérapa, et vint se ficher dans ma cuisse jusqu’a atteindre l’artère fémorale, la veine fémorale et le nerf crural. Il est inutile de vous dire que j’ai cotoyé la mort de près! Le temps de mon hospitalisation, le patronat m’appelais cahque jourpour prendre des nouvelles, quoi de plus normal. Le jour de ma sortie, les patrons m’ont rendu visite chez moi me montrer un peu d’empathie, je le vois comme ça aujourd’hui!

Dès que j’ai pu me déplacer malgré 64 agrafes dans les jambes, je passait au magasin l’après-midi pour prendre des nouvelles. Au bout de trois mois je commencait un peu a m’ennuyer en arrêt de travail, je demandais au medecin pour reprendre le travail mais il ne voulait pas. A force d’insister je finis par l’avoir à l’usure, il était d’accord pour la reprise à condition d’y aller doucement pour commencer. Je repris le travail un premier mai, et seulement au bout d’une heure le couteau du patron me passe pas loin du bide. Ca commence bien! Arrive le samedi midi, j’étais sur les rotules, le patron m’annonce qu’il fallait que je rattrape tout les samedis après-midi que l’apprenti avait fait à ma place. Trop c’est trop, direction le medecin a qui je n’ai rien eu à dire, en me voyant il m’a simplement dit: « J’étais d’accord pour la reprise, à condition de ne pas trop forcer ». L’arrêt fut prolongé un an jusqu’à ce qu’il me propose une reconversion de poste en tant qu’homme de ménage! J’ai préferé le licenciement!

Si je suis rentré en détails sur cette partie de mon parcours, c’est pour en venir à ces deux leçons que l’on peut en retenir:

Faites attention aux personnes qui vous en mettent plein la vue, vous offre trop de chose car trop souvent vous ne représentez qu’un simple « investissement » pour ce genre de personne.

Ne vos reposez jamais sur vos acquis(job,famille, amis), du jour au lendemain ils peuvent vous echapper ou bien disparaître. On oublie trop souvent que dans C.D.I, la dernière lettre signifie indéterminée, et cela veut bien dire ce que cela veut dire. Même en ayant un C.D.I on peut se retrouver au chômage du jour au lendemain!

Voilà ce sera tout pour ce soir, je vous raconterais la suite dans mon prochain billet.

A bientôt!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s